L’Abbaye de Fontevraud

et la Chapelle Sainte Radegonde 

 

C’est  une invitation au voyage :

ces deux sites nous racontent des histoires romanesques, qui rivalisent avec les contes et la fiction.

Comment ressentir l’art médiéval et l’art de la Renaissance, faire son expérience et « l’activer » ? 

Qui l’a fait, et dans quel but ? 

Ces deux sites vous feront découvrir, apprendre, rêver et même rire. 

Pour tout public

 

A visiter séparément ou ensemble

 

L’Abbaye de Fontevraud et la Chapelle Sainte Radegonde à Chinon sont deux monuments exceptionnels très chers à mon cœur et d’un intérêt particulier pour moi. 

Je suis la seule guide conférencière agréée pour ces deux sites. 

Mes recherches sur l’art Plantagenêt, plus spécifiquement encore sur la fresque renommée dite la Chasse Royale à Sainte Radegonde m'invitent à vous faire partager ma passion pour cette épopée. 

Mes recherches sur la fresque sont publiées par le CESCM – Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, un pôle international de recherche, relevant conjointement de l’Université de Poitiers et du CNRS.

 

C’est dans l'abbatiale de l’Abbaye où résident les gisants des Plantagenets, Henri II, Aliénor d’Aquitaine et Richard Coeur de Lion,  que se développe et s’achève  leur histoire : la guerre, l’amour, la trahison, la prison et la mort.

C’est  dans l’enceinte de Fontevraud érigée par Robert d’Abrissel, visionnaire aux idées nouvelles pour l’époque, qui envisage la personne comme un individu y compris les femmes, que se révèle leur vision de la culture et du  pouvoir.  

L’architecture de l’Abbaye nous raconte elle aussi cette histoire, par « la parole silencieuse de la pierre sculptée » comme l’écrit Umberto Eco, mais aussi une autre bien plus sombre, celle de son l’époque carcérale.

Neuf cent ans résonnent dans ces murs.

La Chapelle semi troglodytique de Sainte Radegonde est une petite perle rarissime non loin du siège du pouvoir des Plantagenêts à Chinon, son histoire encore plus mystérieuse que sa célèbre fresque.  Elle existe depuis l’époque païenne, dont il reste toujours le puits mystique, et deviendrait un ermitage au VIe siècle.  Elle s’est développée au cours du Moyen Age, et elle abrite en son sein la fresque, cinq cavaliers au galop, dont deux couronnés. Est-ce bien Aliénor d’Aquitaine, elle même qui tend la main ?  La fresque ne montre pas que cette histoire énigmatique, mais toute la complexité de l’art médiéval – comment on le met en mouvement pour voir, ressentir, vivre même le drame.  Une « déambulatoire » est creusée dans la roche, les images se révèlent par couches, une histoire sans fin.  Pourtant, nous ne savons presque rien de l’histoire de ce sanctuaire, elle garde ses secrets.  C’est une visite insolite.  

 

Ces deux sites se visitent séparément, mais vont bien de paire et se complètent, la grandeur de l’Abbaye Royale et le petit sanctuaire caché, pourtant liés.  Les deux sites peuvent être  jumelés et visités dans le cours d’une demie journée. 

 

L’Abbaye de Fontevraud se trouve à une demie heure de la Chapelle Sainte Radegonde à Chinon.  La Chapelle est à 15 minutes à pied de la Forteresse ou le centre ville ; l’accès plus direct par voiture ou car est possible avec parking sur le coteau.  Accès difficile pour les personnes de mobilité réduite.

 

L’Abbaye de Fontevraud

La Chapelle Sainte Radegonde 

 

 

Fontevraud Abbey

and the Saint Radegonde Chapel

 

    The Abbey of Fontevraud and the Chapel of Saint Radegonde are two exceptional monuments, both very close to my heart and of particular interest to me. I am the only certified guide approved by both monuments.

 

My research on Plantagenet Art, the medieval English kings in France - specifically the fresco called the Royal Hunt at Saint Radegonde - then linked to their tombs at the Abbey make both these tours a particular passion to share.  My research on the fresco has been published by the CESCM (Centre d’études supérieures de civilisation médiévale), an international research centre linked to both the University of Poitiers and the CNRS (Centre national de recherche scientifique).

 

    The story starts in the twelfth century Abbey church where the recumbent figures of the tombs of the English royal family reside: the King Henri II, the strong, powerful and beautiful Eleanor of Aquitaine and Richard the Lion Heart – English, but with deep French roots - then continues and ends here. War, love, betrayal, imprisonment and death, they are now reunited in the walls of Fontevraud, raised by its founder Robert d’Abrissel and his vision of the complete individual – including women.  The Abbey of Fontevraud is above all a story of women, their vision, their culture and their power.  The Abbey church, cloister and chapter house offer a superb framework to understand the transcendent experience of the medieval and Renaissance periods – how to see and “activate” them – then later issues.  The architecture participates fully in this story, as Unmberto Eco wrote, “the silent speech of sculptured stone”.  Cohabiting with this is the dark era of the prison there and its inmates.  900 years of history are held within these walls.

 

The semi troglodytic Saint Radegonde Chapel is a rare jewel, its history as mysterious and enigmatic as its famous royal fresco.  In existence since the Roman era, of which still remains the mystic pagan well, it served as a hermitage in the sixth century.  It was developed during the Middle Ages and is home to the Royal Hunt fresco showing the Plantagenet – five riders on horseback, two of which are crowned. Aside from the enigmatic historical drama it presents, it engages us into the fullness of the complexity of medieval art – how they put it into movement to see and feel the action of the image and live its story.  An ambulatory has been carved back into the rock face going back to the well, images reveal themselves in layers, its history and story without end, and yet we know almost nothing about it.  It is truly a fascinating and unique tour.  

 

They are both above all great tours to learn, laugh, and dream – for all audiences.  

 

Both monuments are visited separately, but are great paired together and complete in a sense the other’s story – the grandeur of the Abbey and the hidden sanctuary in the rock – they are linked.  The can be toured together during the course of a half day.